Pour la page santé

Téléphone :
1(418) 704 5956
Courriel :
info@michelnadeau.com

Donation

Vous pouvez faire un don volontaire en cliquant sur le logo.

Poèmes de Pier-Ann

L’arbre de vie

À l’aube,
quand les couleurs s’unissent au décor,
l’énergie des lumières de l’infini
me procure une renaissance.
Sous l’influence de ce bien-être,
je porte mon attention au son du silence,
où l’harmonie des couleurs et des sons
touche sensiblement les profondeurs de l’âme.
Aux portes du ciel,
où mon regard entrevoit l’infini,
une chaleur intense s’installe en moi,
pour m’inviter à suivre la voie
qui me guidera sur le sentier...
... de l’arbre de vie.

© Pier-Ann

La Mélodie de l’Âme...

Elle cache sa note,
elle écoute ton bonheur.
Par sa tonalité,
elle traverse la pluie.
Par sa douceur,
elle perce le sang du feu.
Comme l’éclat du soleil,
elle perle le paysage.
Même dans sa douceur,
l’écho lui revient puisqu’au départ,
sa note revient toujours à l’amour
et quand elle nous touche,
le coeur, à l’intérieur, est émerveillé.

Texte: Yves Hébert
16 novembre 1993

© Pier-Ann

Le Grand détachement

Je vis la mort de mon passé, le détachement de moi-même,
cette partie de moi qui a occupé la place jusqu’à maintenant.
Depuis que j’ai fait la rencontre avec l’Homme en moi,
je vois que cette partie qui m’a accompagnée tout au long de ma vie,
n’était qu’une image que je m’étais donnée,
pour remplacer l’Homme que j’avais oublié au fond de moi.
Depuis les retrouvailles,
je sens que je me rapproche davantage de mon Essence.
Je me sens appelée par ma véritable nature
et je réalise qu’il est temps pour moi de rompre avec ce personnage,
pour goûter pleinement mon Essence.
J’admets qu’il est difficile de me détacher de lui,
sachant que nous avons eu besoin l’un de l’autre,
surtout dans les moments pénibles.
Il me cachait de mes blessures, dont je n’étais pas prête à accueillir.
Nous savions tous les deux qu’un jour ce moment arriverait,
puisqu’il semait à chaque instant l’espoir en moi.
Il m’a permis de m’éloigner de moi, pour mieux me rapprocher ensuite.
Je lui demande pardon de l’avoir trompé dans mes sentiments
et de m’être servi de lui, pour me mentir à moi-même.
Je lui pardonne de m’avoir influencée à faire fausse route,
en m’invitant à ne pas voir ma réalité
et surtout, je me pardonne de lui avoir laissé toute la place
pour ne pas avoir à assumer ma vie.
Maintenant, c’est l’heure du Grand détachement.
Le moment est venu pour moi d’aller seule vers mon chemin.
À toi qui a fait partie de moi, je te remercie de m’avoir fait grandir,
à travers mes expériences passées.
Avec tout mon respect et mon amour, je te fais mes adieux,
en te disant que je garderai au fond de mon être
tout ce que tu m’as permis de découvrir en moi.
Je t’aime.

© Pier-Ann

Au-delà de la dualité

Il existe en moi
un Univers infini.
Au-delà de la dualité,
je vis la plénitude.
Je me sens toute entière,
quand j'accepte en totalité l'Être que je suis.
Je vis pleinement l'instant présent.
J'accueille l'Être en moi, dans mes forces et mes faiblesses.
Au-delà de la dualité,
s'unissent en harmonie l'homme et la femme en moi.
C'est une nouvelle naissance.
L'Amour qui se dégage est pur
et de cet Amour
je peux créer la vie.
L'Univers et moi ne faisons qu'Un.
Au-delà de la dualité,
c'est l'Amour Universel.

© Pier-Ann

Aspirations

Au cœur de la fleur,
j’ai fait mon nid.
De son creux,
j’ai appris, j’ai grandi.
À présent, le fruit est mûr.
De toute sa beauté, la fleur s’ouvre.
Elle étend ses pétales
au point de ne plus pouvoir me retenir.
Je comprends
qu’il est venu le temps de me détacher du nid…
et d’aller rejoindre mes aspirations.

© Pier-Ann

Rencontre sacrée « Mère et enfant »

Au sein de notre Mère la terre,
j’incarne la présence « Mère et Enfant ».
Je m’ouvre à mon cœur présent,
d’où émerge une beauté,
un Amour incommensurable.
C’est l’heure de la réconciliation entre la mère et l’enfant en moi.
Cette rencontre sacrée
révèle le potentiel d’un vrai partage.
Je me sens enfin unie à la force créatrice de la vie.
La joie qui en découle est synonyme de liberté.

© Pier-Ann

Dernier regard sur ma vision du passé

Quitter le connu me fait peur
et j’ignore comment accéder à l’inconnu.
Je me trouve à la frontière qui sépare les deux réalités.
Je ne peux plus faire marche arrière
et cet univers nouveau aux couleurs vibrantes
m’est inaccessible pour le moment.
Je me sens coincée dans cet espace que je nomme « nulle part ».
J’ai peur. J’ai froid. Je me sens seule.
Qu’est-ce que je fais?
Ma voix intérieure m’invite à renoncer à ce qui n’est plus.
Je jette un dernier regard sur ma vision du passé.
Je tremble.
La marée monte et j’accueille la vague d’émotion.
Des larmes d’adieu s’échappent.
Je pars avec mon bouquet d’expériences en mains
et j’abandonne mes attentes et mes croyances limitatives,
en acceptant de plonger au creux des larmes qui se jettent dans le présent.
Vivre l’abandon, c’est ce que j’évitais depuis toujours.
Le parcours est éprouvant,
mais, je sens que c’est la meilleure chose à faire.
C’est le vide… et à la fois, l’espace libéré devient plénitude.
Je ressens encore la peur, mais cette fois, je me sers d’elle,
pour aller rejoindre toute Ma présence.
Je la touche maintenant. Elle occupe toute sa place.
Elle me parle… me rassure… me réconforte… je lui fais confiance.
Enfin, je me sens aimée… parce que je m’aime.
Dans ce mouvement d’abandon, je pressens l’infini.
Je côtoie la mort et la vie en même temps.
Un sentiment de renaissance émerge de cet accouchement de mes entrailles.
Je suis là pour m’accueillir.
Tout au fond de ma solitude, je perçois ma nouvelle vie.
Dans son élan, une colombe surgit de je ne sais où.
Elle vient m’accompagner dans ce périple,
qui me conduit vers une vie empreinte de sérénité,
où tout un monde s’ouvre à moi…
celui qui me reflète ma raison d’être.

© Pier-Ann

Source inépuisable d'abondance

Lasse de fuir dans l’illusion du manque,
j’accepte enfin de me tourner vers moi
et d’entrer dans la profondeur de mon océan intérieur.
Au début, je perçois le vide.
Ce sentiment me fait peur,
mais je sais de toute évidence, qu’aux creux de cette peur,
il se trouve un trésor à découvrir.
J’ose m’aventurer, même si je n’y vois rien du tout.
Dans cette pénombre, j’écoute le silence.
À force de goûter cet espace en moi,
je remarque que ce présumé vide
me laisse empreinte d’une paix qui m’est peu familière.
Mais que se passe-t-il en moi?
Sur le moment,
je ne comprends pas
que c’est l’état de sérénité qui s’installe en moi.
Je n’arrive même plus à définir,
si c’est le vide que je ressens ou la plénitude.
En fait, je suis en train de découvrir
que la résistance jusqu’alors présente en moi,
c’était la peur de vivre Ma Vérité.
Je savais au plus profond de moi-même, qu’au cœur de cette révélation,
se trouve l’émergence de l’ultime Moi
qui vibre à mes rêves les plus élevés et qui détient par le fait même,
ma source inépuisable d’abondance.
Je savais également,
qu’en m’abandonnant à cette réelle et infinie richesse à l’intérieur de moi,
ça ne me donne plus aucune raison
de me sentir limitée pour accomplir ma raison d’être.
Depuis ce contact intime avec moi-même,
je me rends compte à quel point renouer avec mes rêves me transforme
et me plonge à la découverte d’un potentiel jusqu’alors insoupçonné.
Cette retrouvaille me libère d’une longue lutte contre moi-même
et apporte en mon cœur
le plus merveilleux des sentiments qui existe,
que je n’osais jusqu’alors m’accorder… l’Amour.
Ce trésor que j’ai recueilli, m’ouvre au vrai partage,
puisque, ce que je reçois et ce que je donne
vibre maintenant en résonance avec mon cœur.
Après avoir découvert cette mine d’or qui vit en moi,
je peux dire qu’à présent,
je sais où se trouve ma source inépuisable d’abondance.

© Pier-Ann

Mon Âme a repris ses ailes

Je cherchais mon Âme, là où la vie n’est qu’illusion.
J’attendais mon Âme dans mon refuge,
alors qu’elle était là, à mes côtés,
à me demander derrière la porte de mon cœur
de lui rendre ses ailes.

Il m’arrivait dans mon refuge
d’apercevoir sous la porte une lueur de son intensité.
Je parvenais à entendre son souffle
qui m’invitait à entrouvrir la porte.

Je voulais pourtant répondre à son appel,
mais je ne trouvais pas la clé
qui me permettrait de l’ouvrir.
Je la cherchais partout autour de moi,
alors qu’elle se trouvait au creux de ma main…
… cachée sous l’illusion de la peur.

Pour découvrir cette vérité,
j’ai dû me rendre compte
que l’illusion avait muni mes mains de gants blancs.
Quand cette réalité m’est apparue,
j’ai dégagé les gants et reconnu la peur qui m’habitait.
C’était de me rencontrer.

J’ai risqué de m’aventurer en osant m’accueillir
et en prenant contact avec l’eau pure de mon cœur.
C’est alors que j’ai réalisé qu’elle était là, la clé,
au creux de ma main, sous l’illusion de la peur…
… et…
… Depuis que j’ai rejoint mon cœur…
… mon Âme a repris ses ailes.

© Pier-Ann

Termes et conditions

Les oeuvres présentées sur ce site ne peuvent pas être utilisées pour des fins personnelles ou commerciales, sans le consentement explicite du (des) propriétaire (s) de (s) l'oeuvre(s). L'utilisation sans autorisation est passible de poursuite en vertu de la loi sur les droits d'auteurs.

Pour me contacter

Téléphone : 1(418) 704-5956
Par courriel : info@michelnadeau.com

Siège social
Québec, Québec.

Mise à jour : 14 | 01 | 2018

Le site de michelnadeau.com est structuré avec les dernières versions des navigateurs Internet Explorer, Mozilla Firefox , Chrome, Opera, Maxthon et finalement Safari pour PC en français.

Le site est optimisé en 1024 x 768

Validation html 5 Validation css3

40725

Le menu navigation :

Présentation des différentes activitées sur le site :